The French industry put on the high end

De la friteuse aux cosmétiques en passant par l’automobile ou les fabricants de machines outils, pratiquement tous les industriels français misent sur les produits haut de gamme pour assurer l’avenir de leurs usines nationales.

D’un secteur à l’autre, ils se sont donné le mot. Nous résistons à la concurrence asiatique grâce à notre savoir-faire, notre avance technologique, notre capacité d’innovation, entonnent en coeur les chez d’entreprise français. D’ailleurs, ça ne réussit pas trop mal à certains. J’ose vous reparler de Michelin et de ses pneus à faible résistance au roulement qui réduise la consommation de véhicules. Ou, dans une autre catégorie d’Exel, le leader mondial du pulvérisateur agricole (vous savez, ce que tirent les tracteurs pour traiter les champs). Et ainsi de suite, chez les équipementiers automobile comme Valeo ou Plastic Omnium, chez Seb (sa frieuse sans huile se vend près de 7 fois plus cher que l’entrée de gamme, avec huile), dans les groupes de BTP, chez Vallourec le spécialiste du tube sans soudure et du “joint premium” (même dans l’acier on fait chic et cher),  et j’en passe et des meilleurs.

En parlant, toujours et encore d’automobile, on notera que si PSA s’inscrit aussi résolument sur le créneau haut de gamme ce n’est pas le cas de Renault qui mise énormément sur le low-cost. Avec les Dacia en catalogue, ce serait dommage de s’en priver. Mais à terme, cette stratégie n’est-elle pas risquée, puisqu’à en croire les autres industriels, s’est justement sur ce segment de marché que la concurrence asiatique est la plus rude? D’ailleurs, pas la peine d’interroger les patrons pour s’en convaincre,il suffit de faire ses courses. Pour faire vite et pas cher, les chinois, en dépit d’un pouvoir d’achat en progression, restent les champions du monde.

Jusque quand les entreprises françaises qui en ont fait le pari pourront-elles capitaliser sur leur avance technologique, leur imagination débordante et leur capacité à inventer? Les gains de productivité, la robotisation, la rationnalisation des usines… sont aussi fondamentaux. Mais sans doute est-ce moins glorieux pour les entreprises (à tort, sans doute) de mettre ces aspects de leur compétitivité en avant, particulièrement par temps de crise.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: